Bodnath

Publié le par CincoTierras

On passe allègrement, d'une religion à une autre, si hier nous étions encore plongées en plein Hindouisme, à Bodnath nous sommes rattrapés par le Bouddhisme.

 

Bodnath abrite le plus grand Stupa de tout le Népal. Le bouddhisme tibétain atteint ici un culte d'une importance majeure, c'est un des seuls endroits au monde où les Tibétains peuvent vivre pleinement leur religion où la culture bouddhique tibétaine s'exprime sans entraves.

 

Des pèlerins, réfugiés tibétains (de 1959 – après l'invasion chinoise) ainsi que des Sherpas (qui ne sont pas des porteurs lors comme on fait trop souvent l'amalgame en Occident mais une éthnie Népalaise, descendants des peuples tibétains mais au Népal depuis plus de 5 siècles) viennent se recueillir et prier.

 

Le rituel de prière consiste à tourner autour du Stupa (dont la base fait plus de 100 mètres), dans le sens des aiguilles d'une montre, en faisait actionner les moulins à prière de la bas ou faisant tourner son propre moulin, en récitant des mantras, le tout sous les 2 beaux et grands yeux bleus de Bouddha.

 

Nous y avons passé un moment agréable de 2-3 heures, alternant, photos, boutiques de souvenirs (et achats), moments de recueil. Après notre balade de l'après-midi, nous sommes repassés au Stupa, vers 17h et l'animation battait encore plus son plein, les fidèles étaient encore plus nombreux, tournant au rythme des mantras, qui s'élevaient doucement dans la pénombre de la fin de journée.

 

Afin de découvrir un peu les campagnes voisines et alterner nature et culture, nous avions décidé de faire un balade entre le Temple de Gokarna Mahadev et le Monastère de Kopan.

 

En quittant le Stupa, on décide de changer nos plans, on va à Gokaran (à 6 km) non pas en taxi (au prix où sont les taxis, on a jusqu'à présent choisi la carte de la facilité) mais en minibus, un garde de sécurité nous amène à l'arrêt qui n'a d'arrêt que le nom et nous guette du coin de l'oeil en nous disant de ne surtout pas bouger. On écoute sagement mais le minibus s'arrête à 5 mètres, le garde sort de nulle part et nous y conduit. Le receveur oblige les passagers déjà assis de se bouger pour faire de la place aux touristes... bon, c'est ce qu'on devine car seul le mot touriste sonne à nos oreilles et parce que le minibus qui semblait bondé a tout d'un coup, 2 places pour nous avec à nos côtés, Népalais, Népalaises, jeunes hommes qui s'amusent de tout de rien, 2 jeunes filles au visage d'une grande beauté, une mamie avec de rares chicots au lieu des dents et d'un coq fier et sage comme une image.

 

Trajet facile et rapide pour 25 cents pour 2, visite rapide de Gokarna duquel nous retiendrons les magnifiques statues de pierres vieilles de nombreuses années.

 

La balade à flanc de coteaux et forêts de pins, nous amènera bientôt dans des villages et cultures en terrasses; malgré la gentillesse des Népalais, on a perdu notre chemin, nous faisant faire non pas un grand détour mais surtout des descentes et montées non prévues. Dans les alentours de Bodnath, se trouvent sur les hauteurs des collines de très nombreux monastères, souvent fondés par les réfugiés tibétains. Le but de notre balade était celui de Kopan, avec ses grands bâtiments jaunes perchés sur les hauteurs mais nous n'en verrons que l'extérieur.

Retour sur Bodnath à pied (mise en jambe pour le trek de 3 jours qu'on fera tout bientôt dans la Vallée vers Nagarkot et Dhulikel) avant d'affronter en taxi les embouteillages du centre ville.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article