Kathmandu centre et Durbar Square

Publié le par CincoTierras

 

Lundi 20 décembre, nous suivons les grandes lignes d'une balade proposée dans les guides pour découvrir le centre newar (ou le 'vieux' centre) de Katmandu. En fait, l'adjectif newar fait référence aux premiers habitants de la vallée.

 

Dans un dédale de rues, ruelles, places et cours, nous humons l'atmosphère dse la vraie vie de la capitale. Tous nos sens sont en éveil.

 

Sur une magnifique place (Katheshimbu) entourée de bâtiments avec une jolie architecture (portes et balcons en bois finement travaillés) , nous découvrons en plus des stupas et autres petits temples, un temple bouddhique où un office a lieu au son des tambours, trompettes et chants. Dans la cour d'entrée, nous admirons un moulin à prière géant qui tourne non stop sur son axe. Moment vibrant.

 

Nous oublions un rien la ou plutôt les religions et partons à la rencontre de la vie quotidienne des Népalais. Dans les rues des étals de fortune proposent fruits, légumes, épices, riz et autres articles de première nécessité et permettent très certainement la survie de nombreuses familles, on sent que le niveau de vie n'est pas élevé (on vient d'ailleurs de lire que le taux de mortalité infantile serait le 3ème du monde).

 

En plus de ces étals de rues, on longe des boutiques qui sont installées au rez-de-chaussée des édifices (souvent de 2-3 étages). Les portes sont hautes de maximum 1m50, le plafond à l'intérieur ne l'est guère plus et l'intérieur doit faire qqs tout petits mètres carrés mais on y trouve de tout: tissus, bondieuseries, ferronnerie,...C'est un réel plaisir de visiter cette partie de la ville et de faire le plein d'émotions, de regarder la vie se dérouler autour de nous. De plus, à aucun moment nous n'avons eu un sentiment d'insécurité ou même celui de déranger, de ne pas être à notre place, au contraire, de nombreux sourires sont échangés.

 

Plus vers le centre, le niveau de vie semble être plus élevé. On admire les boutiques vendant les couvertures népalaises, les tenues chatoyantes et brillantes des Népalaises ainsi qu'un kitchissime marché aux bijoux très colorés (surtout le vert et le rouge en cette période de Noël) avec au choix ... perles en plastic ou perles en verre.

 

Durbar Square

Le reste de la journée est consacré à la visite de Durbar Square, sans conteste le centre historique de Kathmandu avec une accumulation de places, temples, pagodes, tours et autres édifices religieux et gouvernementaux.

 

Les touristes s'y entremêlent avec les locaux pour qui les gradins des temples sont un lieu de rencontres, les vendeurs et les fervents.

 

Les bâtiments, tous de style assez différents sont souvent ornés de bas reliefs en pierre ou de sculptures en bois.

 

Il y a tellement de choses à voir à Durbar Square qu'il serait fastidieux (aussi bin à l'écriture qu'à la lecture) de tout citer; voici néanmoins quelques endroits qui ont retenu notre attention.

 

Basantapur, la place et la tour du même nom, avec ses 9 étages, ses murs couleurs rouges briques (terracotta) et ses frises érotiques, cet endroit de la ville était jadis, les écuries royales des éléphants.

 

Le Kumari Ghar où vit encore aujourd'hui la Kumari Devi ou Kumari Royale, la déesse vivante. Cette fillette reste Déesse vivante jusqu'à l'âge de ses premières règles (ou toute perte de sang accidentelle).

Elle est choisie dans la caste des orfèvres newars et doit présenter 32 signes distinctifs précis dont par exemple la couleur des yeux, la forme des dents, le son de sa voix et bien évidemment un horoscope favorable.

Elle vit recluse avec sa famille dans ce Ghar (sorte de palais) (qui a d'ailleurs une superbe cour intérieur qui peut se visiter si elle ne s'y trouve pas). Elle sort lors de quelques fêtes spéciales. Auparavant, elle bénissait les rois, depuis l'abolition de la monarchie, elle a béni le président (même si le gouvernement essaye de diminuer 'importance de son culte).

 

Le tout petit temple doré de Maru-Ganesh. Valérie parce qu'elle a un petit faible pour Ganesh et Laurence parce qu'y faire un don porte chance pour les prochains voyage... j'y ai d'ailleurs fait brûler sous les yeux eberlués de la vendeuse et la bénédiction de la musaraigne de Ganesh (son véhicule), une petite lampe à beurre (l'équivalent des bougies dans les églises catholiques).

 

On a bien profité de l'animation de la place entre les temples sous un soleil resplandissant et au retour, on a dégusté un embouteillage canon où mêmes piétons avaient bien du mal à s'en sortir.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B


et bien ... chose promise chose due ...


 


on voyage déjà en restant dans son bureau ;-)


 


bonne continuation


 


 



Répondre