Namaste Népal

Publié le par CincoTierras

Namaste! Bonjour du Népal!

 

Namaste, qui veut en fait dire: je salue le Dieu qui est en vous est utilisé pour dire aussi bien bonjour qu'au revoir et très fréquemment employé; parfois accompagné du signe des mains jointes devant le visage et souvent d'un grand sourire.

 

Il faut dire que dès notre arrivée la gentillesse et la serviabilité des Népalais nous ont frappées. A ce niveau, on retrouve d'ailleurs plus de similitudes avec l'Asie qu'avec l'Inde pourtant toute proche. Se balader dans les rues de Katmandou ne relève finalement pas du parcours du combattant tel que nous aurions pu l'imaginer (du moins si on en croit les guides ou les personnes qui nous avaient prévenues avant notre départ).

 

Le trafic est certes dense et même si le code de la route prévoit une conduite à gauche, chacun roule où il le veut ou il le peut. Minibus, rickshaws, taxi et motos s'en donnent à coeur joie zigzaguant gaiement entre piétons et vaches sacrées tout en claxonnant à qui mieux mieux (heureusement jusqu'à une heure raisonnable mais pas de chances pour nous la nuit dernière le relais a été vite pris par des chiens).

 

Pauvreté, saleté et pollution font partie du décor de la capitale mais ni Valérie ni moi n'avons été confrontées à un choc culturel trop important (faut dire qu'on a chacune derrière le dos – même si cela date de quelques années – un voyage au Rajasthan indien).

 

 

Notre arrivée: en bref, vols (Ethiad) sans aucune encombre et confortable, 3 petites d'heures d'escale à Abu Dhabi. Formalités d'arrivée d'une simplicité déconcertante, moins cher et bien plus pratique que de devoir aller à l'ambassade à Bruxelles. Système de taxis 'pre-paid' rapide et sans arnaque, pour rejoindre le quartier où nous souhaitions séjourner.

 

On a choisi Paknajol, pour sa proximité avec Thamel, LE quartier touristique par excellence, tout en étant relativement au calme. Notre QG est la Yellow House, convivial, simple, pas tout neuf (pourtant assez récente) et propre (pour les curieux: 6 euro la chambre avec SDB intérieure). Par curiosité, on est allé jeter un coup d'oeil à une autre guest house qu'on avait repéré mais qui n'avait jamais répondu à nos mails... cri du coeur: tant mieux!!! Après une rapide installation, repérage du quartier (oh oh qu'est-ce qu'on risque de dépenser des sous en souvenirs, le choix est gigantesque) et 1er repas népalais très correct (4 euro pour 2, boissons et thé inclus!).

 

Dimanche 19 décembre, départ à l'aise pour changer de l'argent et profiter n plein soleil autant on peut avoir froid le soir et la nuit et surtout à l'intérieur des bâtiments autant en journée on peut se promener en t-shirt (ou t-shirt longues manches pour les frileux) et manger à midi sans problèmes sur une terrasse.

 

Sur l'heure de midi, après avoir fait le plein d'énergie, nous attaquons la petite balade mais néanmoins pentue (surtout l'escalier final – on aurait dû compter les marches) pour visiter un des points forts de la vallée de Katmandou: le sanctuaire bouddhique (bouddhisme et hindouisme se côtoient un peu partout au Népal) de Swayambunath qui figure sur la liste du patrimone mondial de l'Unesco. lieu de pélerinage important pour le pays et le sous-continent indien, on y retrouve une iconographie religieuse assez importante et divers éléments du Bouddhisme tibétain avec lesquels nous devrions nous familiariser les jours à venir. Le Stupa principal est impressionnant, entouré de ses moulins à prières; le Stupa (base blanche et ronde) est surmonté d'un carré doré et d'une flèche avec 13 anneaux (les degrés de la connaissance). Les 4 faces du carré sont ornées des yeux bleus de Bouddha, un point d'interrogation qui représente le chiffre 1 en écriture sanskrite (unité de Dieu par rapport au polythéisme hindou). Ces fameux yeux/nez sont un vrai symbole pour le Népal et ne peuvent manquer à un album photo népalais. Petit mot supplémentaire d'explications sur les moulins à prières que les fidèles font tourner (sur un axe vertical) et à suivre toujours dans le sens des aiguilles d'une montre. Sur les moulins (et sur les drapeaux aussi d'ailleurs), sont inscrits des mantras, qu'on pourrait expliquer par 'sorte de prières' – le plus connu étant Om Mani Padme Um. En faisant tourner les moulins, les pélerins imaginent que les mantras sont emportés par le vent pour le bien être de tous (belle image de partage).

 

 

Soirée relax à flaner dan le quartier touristique et bon repas dans un restaurant tibétain.

 

A demain pour d'autres aventures

 

ps: pas possible de mettre de photos pour le moment

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P


Ici aussi, ça on slalome entre les bandes de circulation (quand on les voit). Il y a une certaine anarchie sur les (auto)routes. Vive la neige... 



Répondre